Catégories
Qualité de Vie au Travail

L’impact de la crise sanitaire sur la Qualité de vie au Travail (QVT)

En mars 2020, avec le premier confinement en France lié à l’épidémie de Covid-19, de nombreuses activités ont connu un coup de frein brutal. 

Une nouvelle organisation du travail

Les entreprises et leurs salariés ont dû s’adapter en développant de nouvelles organisations et conditions de travail pour maintenir un maximum d’activité. Ces changements vont avoir des répercutions durables et importantes sur l’écosystème du travail, et notamment sur les attentes des salariés.

Pendant cette période, plus de 8,6 millions de salariés ont été au chômage partiel et 25% des salariés français ont poursuivi leur activité professionnelle en télétravail[1]. Avant la crise sanitaire, seulement 14 % des salariés avaient déjà connu le télétravail, le plus souvent de façon ponctuelle (un jour par semaine).

L’impact sur la QVT

Ces nouvelles organisations de travail ont eu un fort impact sur la QVT : respect des distanciations sociales (empêchant activités et moments conviviaux), organisation du télétravail dans des conditions parfois difficiles, communication rendue plus ardue, moins de dialogues sociaux… 

Tous ces changements et cette période d’incertitude et de stress génèrent des nouvelles attentes provenant des salariés. Dans une étude de l’IFOP[2] publiée lors de la reprise post-confinement #1, un salarié sur deux déclarait ne plus voir son travail de la même manière. Les salariés déclaraient alors avoir besoin de donner davantage de sens à leur travail, d’augmenter leur ressenti de bien-être, et d’obtenir plus de confort et de reconnaissance dans leur travail.

Ils déclaraient compter sur leurs dirigeants pour développer le bien-être des collaborateurs dans les périodes de reprise ainsi que sur le long terme. Dans cette même étude, 81% des salariés interrogés hissaient le bien-être au travail au premier rang de leur attentes. Les salariés interrogés se déclaraient alors plus stressés (43%) que soulagés (37%) de retourner au travail. 

L’incertitude sanitaire, mais également les incertitudes économiques et sociales, génèrent une période de stress, d’inquiétude mais également de remise en cause sans précédent. Les organisations ont un intérêt majeur à accompagner cette période au niveau individuel et collectif, afin de redonner du positif, de l’attention et du sens commun à tous. L’autonomie, la responsabilité et l’engagement acquis pendant cette crise peuvent être un formidable atout pour nos organisations.

Le deuxième confinement est une occasion pour les organisations de revoir leur QVT et prévoir leurs projets à long terme afin de repenser l’accompagnement des salariés, de répondre aux évolutions de leurs attentes et de capitaliser sur les changements opérés dans la société. Les crises sont une opportunité d’apprentissage organisationnel pour nos structures. À nous d’en créer les conditions favorables

[1] Selon Anact, juillet 2020 https://www.anact.fr/le-monde-du-travail-lepreuve-dun-coronavirus-analyses-et-reflexions

[2] Selon l’IFOP, juin 2020 https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2020/06/Regard-salaries-crise.pdf